Définir une stratégie de swing trading zen

Nous avons vu dans l’article précédent les 7 principes du money management les points clé indispensable pour être profitable en bourse.

Dans cet article, je vais vous parler de stratégies à appliquer qui vont vous permettre de rester encore plus serein. Pour le faire, je vous propose de le faire sous la forme d’un exemple avec des valeurs chiffrées volontairement rondes pour la clarté de l’explication.

Supposons que nous ayons un capital de 100.000€.

Notre montant par ligne est donc de 10.000€.

Notre risque par trade est donc de 1.000€

Nous détectons un titre à 10€, un niveau de stop à 9€.

Nous pouvons donc prendre 1.000 titres à 10€, soit un montant de 10.000€ et un risque de  1.000€.

Dès que le cours atteint 11€, si nous vendons la moitié de notre position, même en laissant le stop à 9€, nous ne pouvons plus perdre d’argent. En effet, en ayant vendu 500 titre, on a encaissé une plus value de 500€, et le risque restant n’est plus que de 500€. 

Si maintenant nous définissions un stop plus large à 8€ par exemple (je sais, 20% c’est beaucoup, mais les chiffres sont fait pour que vous n’ayez pas besoin de calculette et moi non plus ;-))

Nous allons pouvoir prendre 2 fois moins de titres, néanmoins, si le niveau de stop à 9€ était pertinent (un dernier plus bas), mais faible, nous pouvons également vendre la moitié de notre position à 11€, puis dès que cette moitié a été vendue, remonter le stop au moins à ce niveau initial.

Votre risque initial est donc le même (1.000€) pour un capital investi inférieur de moitié. Une fois vendu la moitié en remontant le stop au niveau des 9€ votre risque redevient nul, mais vous n’avez plus que 250€ d’investi sur le titre. 

L’avantage, c’est un taux de réussite plus élevé. L’inconvénient, c’est qu’avec cette stratégie, on va obtenir une moindre performance. En revanche, le cash libéré peut être replacé sur un autre titre prometteur. 
La mise en place de l’une ou l’autre des stratégies va dépendre de votre temps disponible et de votre horizon de placement. Vous pouvez tout à fait prendre une position sur un titre qui donne des signes de hausse intéressant, mais vous n’êtes pas obligé de vous placer en une fois.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Analyse technique pas après pas 2

Qui dit performance dit risque. Vous n’obtiendrez jamais de performance sans prendre de risque, mais vous devez avant tout avoir confiance dans la méthode que vous utilisez. Simulez sur le graphique le positionnement de vos stop et la gestion de vos prises de bénéfices. 

Entraînez vous en regardant les graphiques., de manière à ce que cela devienne une routine. Lorsque vous aurez constaté par vous même quelle stratégie vous conviens le mieux, appliquez là.

Comment placer un stoploss pertinent

Voyons maintenant comment placer un stoploss intelligemment de manière à ne pas perdre le fruit de gains.

Sur le graphique ci dessous, on peut voir en rouge sous les bougies 2 indicateurs. Un premier indicateur qui nous montre le dernier plus bas, et un second indicateur qui prend en compte la volatilité moyenne pour le retirer du cours de clôture.

Pour sortir proprement de ce titre, on pouvait par exemple avoir une moitié de position placé sur un niveau de stop de l’un des 2 indicateurs, tandis que l’autre moitié reste sur l’autre indicateur. 

L’avantage de cette stratégie est qu’elle permet de profiter le la hausse le plus longtemps possible. 

En allant un petit peu plus loin, et en ajoutant mon indicateur préféré, le RSI, on peut constater une confirmation de la divergence qui est un excellent signe de sortie de ce titre.

Cet élément peut vous permettre de prendre la décision de sortir du titre. 

REPONDEZ A CE PETIT SONDAGE ET RECEVEZ UN CADEAU

Cliquez sur ce lien et demandez votre cadeau par mail à lv@vivre-en-bourse.com. Vous recevrez en cadeau mon screener "Ma sélection Zen"
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

4 thoughts on “Définir une stratégie de swing trading zen

  1. Bonjour

    Merci pour votre billet très intéressant comme toujours ….
    Je comprends que vous proposez 2 niveaux de stop loss, l’un sur le dernier plus bas et l’autre en faisant entrer en jeu la volatilité, je pense a travers l’indicateur ATR?
    Par contre pourriez vous un peu plus préciser dans quel cas utiliser l’un et dans que cas utiliser l’autre

    Merci bien

    1. Cela dépend de la configuration. Dans certaines configurations, les probabilités de hausse rapide sont élevées. Il est plus intéressant de serrer le stop quitte à perdre la position (mais perdre peu) en cas d’invalidation.
      On peut aussi décider de prendre un stop plus large, quitte à prendre moins de titres et de remonter le stop au dernier plus bas une fois que l’on a atteint le 1er objectif du stop serré.
      C’est un compromis à trouver en fonction de la configuration des marchés, votre niveau de réussite, votre mental, la volatilité du titre.
      Plus vous serrez votre stop, plus vous augmentez votre potentiel de gain (taille de position plus importante), mais plus vous réduisez votre taux de réussite.
      Plus vous donnez du mou à votre stop, plus vous réduisez votre potentiel de gain, mais plus vous augmentez votre taux de réussite.
      Vous pouvez préférer avoir un taux de réussite de 75% et un ratio gain perte de 1,5 ou avoir un taux de réussite de 33%, et un ratio gain perte de 2.
      Un taux de réussite de 75% est émotionnellement plus facile à accepter qu’un taux de réussite de 33%, mais un taux de réussite de 33% peut être plus profitable.
      Avec un taux de réussite de 33%, il faut être prêt à enchaîner 10 pertes d’affilée (on fera peut être ensuite 4 gains d’affilée qui couvriront largement les pertes précédentes). Sur un plan émotionnel, c’est donc plus difficile d’avoir un stop serré.
      Il faut savoir si vous préférez avoir raison souvent et gagner, ou avoir raison moins souvent, mais gagner plus.

      D’où l’intérêt de limiter votre risque en dessous de 1% de votre capital (je parle du risque pas du montant de la ligne), puis de monter en puissance au fur et à mesure de vos succès. C’est une clé qui vous permet de l’accepter progressivement.
      L’autre clé consistant à préférer un stop large qui est aussi à utiliser si vous n’avez pas l’intention de regarder les cours chaque jour.
      Vous pouvez également utiliser les deux en mettant un stop large sur une partie et un stop serré sur une autre partie de votre ligne ou vous servir du stop serré pour prendre vos profits partiellement.
      Pour faire simple, vous pouvez démarrer avec un stop large au début, puis une fois que vous commencez à prendre confiance, commencer à prendre certaines lignes avec un stop dynamique.
      Pour les actions sorties par le screener Thami guépard et Thami Filet, j’utilise le stop serré. Pour les actions de la sélection zen, j’utilise le stop large.
      Pour des penny, un stop large voire très large peut être préférable.
      Ce qui est pratique, c’est que commme les niveaux sont dessinés sur le graphique, vous pouvez vous entrainer à “refaire le match”, et à voir quelle stop vous convient le mieux.

      1. Merci pour votre réponse. En ce qui me concerne je prefere avoir raison souvent. En effet un taux de 33 % va me faire douter souvent de la méthode et helas je vais vite perdre confiance. Par contre l’idée de comparer apres cout est interessante bien entendu.

        Jean Philippe

  2. C’est pour cette raison que j’ai intégré la notion de “stop prudent” dans l’outil d’aide à la décision. Il n’y a pas une méthode. La méthode est celle qui vous convient.
    Une fois le 1er objectif atteins, vous pouvez augmentez vos probabilités en protégeant au niveau du stop “serré” qui dans la majorité des cas reste pertinent, et n’est pas calculé au hasard à partir d’une simple remontée de bougie. (le dernier plus bas n’est pas forcément celui que l’on croit)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.